Moins cinq

grues grus aquarelle Jean Chevallier
grues grus aquarelle Jean Chevallier

Non, je n'ai pas oublié de dessiner les pattes.

A défaut de thermomètre à la fenêtre, regardez les grues (si vous en avez bien-sûr :-). Si certains oiseaux ont les pattes cachées en vol, c'est qu'il fait environ    -5°C. Vers -10°, c'est la majorité des oiseaux.

L'absence de pattes leur donne une allure de grande outarde, ou d'oie géante. Le ventre est à peine plus gros, les pattes pliées et rentrées dans les plumes des flancs. Les oiseaux n'ont pas l'air déséquilibrés pour autant et attendent le dernier moment pour les sortir avant d'atterrir.

Aujourd'hui, j'ai cru voir une grue baguée. Mais c'était un manchon de glace au dessus de l'articulation, résultat d'une nuit une patte immobile dans l'eau? Cela ne semblait pas la gêner.

 

                                                     I<<     précédent<    > suivant

Écrire commentaire

Commentaires: 0